Qui laisse sans voix

En écho à l’itinéraire Wouah la voix ! nous regroupons ici les projets davantage ou essentiellement instrumentaux. Ceux dans lesquels tout le génie et la musicalité de l’artiste s’expriment à travers son instrument de prédilection.

Le piano par exemple, terrain de jeu d’Alexis Gfeller pour un tout premier concert solo. Le violoncelle de Sara Oswald aussi, sublimé dans la création par un casting éclatant. Nous avons également le plaisir de recevoir un duo de cordes complice depuis 20 ans, liant oud et guitare électrique dans un dialogue fraternel, entre deux territoires amis. Sans oublier la touche résolument jazz portée par le trio de performeurs Schnellertrollermeier et la formation Kuma. Quant au Nova Jazz Festival, nous avons choisi de ne vous révéler pour le moment que son inspiration principale, à savoir la trompette !