On connaît pas la fin

Sauter dans l’inconnu, on adore prendre le risque. Que ce soit avec des spectacles pas encore créés ou complètement improvisés, nous ne craignons jamais les sensations que cela provoque : D’abord, on se laisse volontiers le temps d’idéaliser le résultat final. On se projette vers une fin possible, on envisage tous les ressorts nécessaires pour y arriver, parfois même avant d’en dessiner le début. Puis, on fait croître nos attentes, car plusieurs mois nous séparent souvent de ce Jardin d’Eden, cette terre luxuriante qu’on nous promet sur papier. Et puis arrive le moment de fantasmer le grand soir, pour de bon. On y dépose tous nos espoirs et nos meilleures projections, divaguant certainement un peu trop…

Mais nous gardons toujours à l’esprit que la magie ne peut opérer qu’avec vous. Le soir de la première, voilà finalement nos attentes récompensées de la meilleure des manières !